Bitcoin Blanc contre Bitcoin Noir




cyberpunk

 

C’est au cours d’un meetup Bitcoin que je fais la connaissance de Stéphane Traumat, un jeune entrepreneur Français spécialisé dans le développement, l’assurance et plus récemment l’intelligence artificielle.

Celui-ci me parle de son prochain projet de startup Bitcoin qui fut une révélation pour moi. En effet, son projet blockchaininspector exploite une propriété du Bitcoin à laquelle je n’avais songé : la non-fongibilité des bitcoins.

Même si vous n’avez jamais entendu ce mot, le concept est simple à comprendre appliqué à l’Euro : Si vous me prêtez un billet de 10 euros, je peux vous rembourser avec 10 pièces de 1 euros ou avec un billet de 10 euros qui n’est pas le même que celui que vous m’aviez prêté. L’Euro, comme toutes les monnaies ayant jamais existé, est fongible. Toutes sauf… le Bitcoin.

Pourquoi le Bitcoin n’est t-il pas fongible ? Comme je l’ai expliqué dans un précédent article, le Bitcoin n’est pas anonyme car il repose sur la transparence du système : tous les montants des portefeuilles existants sont visible et l’historique de tous les bitcoins est connu depuis l’origine et ne pourra jamais être effacé. Chaque bitcoin est donc unique puisqu’il a sa propre histoire, consultable à tout moment, par n’importe qui. Bien évidement, cela ne change rien pour l’utilisateur lambda qui ne va pas s’embêter à regarder l’historique de tous ces bitcoins. Dans l’utilisation quotidienne, le Bitcoin reste fongible. Le problème de la fongibilité se pose lorsqu’il faut déposer de l’argent sur le compte d’une institution. Le même cas de figure que lorsque l’on vient déposer une mallette d’argent liquide à la banque et qu’il faut en expliquer l’origine.

L’idée de cet entrepreneur est de proposer un service aux institutions, aux entreprises et à la finance afin qu’ils puissent accepter le Bitcoin tout en respectant les régulations en place, assavoir le KYC (Know Your Customer) et le AML (Anti-Money Laundering) afin de lutter contre le blanchiment d’argent.

De quoi casser le mythe du Bitcoin et du Daesh mais il me vient alors une vision d’horreur :

Dans un future proche, les bitcoins seront divisés en deux catégories, les bitcoins blancs et les bitcoins noirs. Le nombre de bitcoins étant fixe, tout bitcoin souillé par les criminels l’est pour toujours, réduisant fortement la masse monétaire disponible, créant un marché parallèle où certains bitcoins valent bien plus que les autres. Deux camps s’affrontent. D’un coté les supporters du Bitcoin Noir, adepte du DarkNet et de l’économie parallèle. Ces anarchistes et cyberpunks pur et dur souhaitent l’avènement d’un nouvel ordre mondial et l’abolition de l’État. Face à eux, les supporters du Bitcoin Blanc souhaitent le maintient de statu quo et de leurs privilèges.

Heureusement, Stéphane est là pour mettre les choses au clair. Celui-ci m’explique :

Même s’il est vrai que le bitcoin permet un traçage parfait, il y aura certainement de nouveaux organismes qui permettront de “recycler” les bitcoins. Imaginons que la police saisisse 1000 bitcoins liés au trafic de drogue. Ils transfèreront ces bitcoins à un organisme de l’État comme TRACFIN qui les vendra et le fait d’être passé par eux les rendra “blanc”.
En fait, mon bitcoin n’est ni bon, ni mauvais.
Ce qui compte, c’est d’où il vient et comment il a été obtenu. Tant que j’obtiens mes bitcoins dans les règles, je n’ai pas à me soucier de leur historique complet.

C’est un moment historique pour le Bitcoin, la technologie est enfin mature pour la compliance avec les banques, la finance et l’État. La prochaine étape est l’utilisation de masse. Cependant le Bitcoin a plus que jamais besoin de votre aide, tant que les médias de masse répandront de la désinformation sur le Bitcoin, rien n’avancera. C’est à vous de rétablir la vérité sur Internet et dans les discussions de tous les jours. Ne laissez plus dire que le Bitcoin est utilisé exclusivement par les criminels. Au contraire, le Bitcoin est l’outil le plus puissant jamais créé pour lutter contre la corruption dans notre société. Imaginez un monde où les institutions représentant le peuple ont une gestion claire et transparente. Il ne sera plus possible de tricher ou de détourner des fonds. La confiance envers les institutions sera enfin restauré et la société beaucoup plus démocratique.

Ayant présenté mon article à la communauté Bitcoin avant publication, je sais que certains Bitcoiners sont très offensés par le fait que j’aborde le Bitcoin sous l’angle de la régulation. En effet, le mouvement anarchique cyberpunk n’est pas qu’un fantasme et ceux-ci souhaitent que le Bitcoin ne soit jamais utilisé par aucune institution et encore moins le grand public. Le Bitcoin étant pour eux un moyen de s’émanciper du pouvoir en place et de jouir d’une liberté que n’ont pas les citoyens lambdas.

La guerre du Bitcoin aura peut être lieu. Quel est donc votre camp ? Bitcoin Blanc, Bitcoin Noir ou …Bitcoin Gris ?

S'ABONNER À LA NEWSLETTER

Read previous post:
isbitcoinarmy
Le mythe du Bitcoin et du Daesh

Plus c'est gros, plus ça passe. Régulièrement, nous avons le droit à une avalanche d'articles accusant le Bitcoin de crimes...

Close